Shop Mobile More Submit  Join Login
About Literature / Hobbyist Avida Godiva !Female/France Group :iconlepartage-reves: LePartage-Reves
 
Recent Activity
Deviant for 8 Years
Needs Core Membership
Statistics 164 Deviations 5,725 Comments 19,282 Pageviews
×

Newest Deviations

Literature
Les egares du Doublon (chap 3)
Résumé: Judith a rejoint Rackham dans le train menant à la capitale. Souvenirs et nostalgie d'une époque à jamais révolue.
*****
"Tu as reçu ton carton d'invitation pour la célébration ?" demanda abruptement l'elfe à Judith, en froissant son quotidien.
" Pardon ? De quoi parles-tu ? "
" Ne fais pas semblant. Tu comprends tout à fait de quoi je parle. Les journaux ne jurent que par ça en ce moment. "
Il tendit le journal à la jeune femme. Les gros titres étaient "première célébration de la création du Doublon." ou encore "Qu'en est-il aujourd'hui des conséquences du Sacrifice ?"
Bien sûr qu'elle avait reçu son carton. On l'avait apporté jusqu'à chez elle, non pas par le messager habituel, mais par un nephilim vêtu d'une livrée royale. Elle avait droit à cet honneur puisqu'elle avait cru au projet fou du Sacrifié, l'accompagnant jusqu'&
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 0 5
Literature
Rebis
La scène était terrible.
Une infirmière laissa rouler le brancard mais arrêta les gardiennes qui le suivaient. Elles avaient emmené une femme se tordant de douleur. La pauvre tenait son ventre étrangement arrondi et menaçait de tomber du lit. Le personnel hospitalier la sangla pour ne pas qu'elle se blesse, mais celle-ci hurlait et se débattait comme une enragée.
« Par la déesse, mais qu'a-t-elle ? » cria une infirmière.
Elle avait aperçu la peau du ventre tendue, prête à exploser et couperosée de vergetures. Elle s' arrêta, horrifiée, et une autre prit le relais. La femme à l'agonie hurlait, mais personne ne la comprenait. Tous se focalisaient sur une chose : son abdomen boursouflé. Le brancard s'engagea finalement dans un autre couloir et ne s'arrêta qu'une fois dans le bloc opératoire.
 
« Il y a quelque chose dans son ventre. 
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 0 5
Literature
Les egares du Doublon (chap 2)
Judith ralentit. La ville apparut enfin à l'horizon, vestige d'un monde à jamais perdu. Le célèbre magicien Rubedo en personne ne pouvait l'expliquer "scientifiquement" ou autrement d'ailleurs, mais dans le Doublon crée par le Grand Alchimiste, peu de différences existaient. En effet, le reflet était si fidèle que les bâtiments de ce nouveau monde étaient semblables en tout point à ceux de l'Original. C'était comme si les constructions de la Terre se bâtissaient ici aussi. " Il s'agit d'une sorte de mise à jour " avait tenté d'expliquer le magicien.
La petite ville était déserte. Judith s'était habituée à cette solitude dans ces lieux qu'elle avait connus bondés. Dans le Doublon, seule la capitale et quelques petits villages l'entourant étaient habités. Les décombres non occupés restaient alors le refuge des monstres. Rares étaient les personnes assez incons
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 0 8
Literature
Les Egares du Doublon (chap 1)
 L'aube éternelle baignait la forêt de ses pâles lueurs. Sur la route aux marquages effacés, frontière grise tressée de blanc, tranchait un phare dans l'obscurité. Ce faisceau de lumière accrochée au guidon de la Harley, fendait les ténèbres comme une épée.
La femme aux commandes de l'engin était poursuivie par un être velu et imposant qui courait pieds nus. Ce monstre aux yeux cruels et stupides rugit de colère, vite distancé par le véhicule. Judith ne l'entendit pas, perdue dans ses pensées. Les arbres étaient identiques à ceux qui bordaient la route de son souvenir mais l'atmosphère y était différente, rendant l'endroit familier et étranger à la fois.
Dans le Doublon, monde où l'aurore et le crépuscule avaient remplacé le jour et la nuit, tout était semblable à la Terre sans vraiment l'être. Aucun astre ne perçait l
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 0 10
Literature
L'amour
L'artiste le dilue dans son glacis
tentant sa capture dans les paroles
tandis que l'alchimiste l'étudie
le dissèque et l'isole dans sa fiole
Pourtant aucune couche de vernis
ni résumé, formule et poésie
ternit le sublime d'un beau sourire
ou dessine l'être qu'ils désirent
Car plaisir d'amour ne peut se traduire
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 0 5
Literature
Dulcinee
Sur ce navire qu'est mon lit trop sage
Je suis les virages de son visage.
J'imagine m'abîmer dans ses bras
Naufragé des rivages de mes draps.
Cette image glacée comme papier
Glisse sur le carrelage, à mes pieds.
Star piétinée sur les boulevards
Partout sera placardé son regard.
Les pupilles brûlées sur la pellicule
Ces cils restent les murs de ma cellule.
Ma dulcinée est une célébrité
Hantant fantasmes et publicité.
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 1 7
Literature
Violette
Je me balade sans port d'attache,
Condamnée, je cherche et creuse les fonds de poche
Comme une âme damnée je marche,
je me détache et décroche de tous mes proches.
Bleuets cachés gâchant mes bras
Je tâche d'avoir l'air étanche aux tâches.
Je me ronge à sang les dix doigts
Et sans que je sache pourquoi, mon cœur s'arrache.
[Hantée jour et nuit par ces milles fantômes
je maudis mes 23 paires de chromosomes
de m'avoir fait violette plutôt que rose,
n'entête à jamais que l'arôme qui s'impose.
Sans ma couronne, sans royaume, sans trône,
Je ne suis qu'un Homme coincé dans la zone.
Au centre de la tempête et des ecchymoses,
j'ai la tête qui dodeline sous la dose.]
Ces souvenirs comme l'écume
se brise sur cette idée fixe qui me freine
Et me reviennent de ces brumes,
des envies vaines de tenir ces foutus rennes.
Ma flemme m'aliène et je saigne
Entre ces banales scène
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 3 13
Literature
La folie de l'ecrivain
Je tarde à m'allonger,
Mes yeux figés au plafond.
Je ne veux plus voir mes démons,
"Crève mon regard, je veux les ignorer."
Je m'enferme dans mon corps et plonge dans un trou sans fond.
La mort prend forme et je vois l'obscurité se transformer.
"Foule-moi, frappe-moi et étouffe mes pleurs" dis-je.
"Réveilles-moi et efface mes erreurs" pries-je.
Sous mon lit, l'ombre se répand et le faucheur me répond,  
Étirant les draps distendues par ses allées et venues.
"Tu peux fermer les yeux, je te vois, je suis en toi.
Ne l'oublie pas."
Acculé, je recule, comme une bête à exterminer.
Je fonds dans mon intérieur, fuyant le noir environnant.
Je pleure sur ma tombe au tissus embaumés de lavande.
J'ai peur de ce qui sommeille en mon fond,
Les tentacules trahissent l'emprise d'un vice sans nom.
Je les sens grandir en moi, l'horreur est là.
"Sauve moi, réveille-moi." pries-je une seconde fois.
Je
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 2 13
Literature
Le golem de chair
Tapie dans ma tour de verre,
Je polie mon cœur de pierre
Et décore mon corps de fer.
Je suis un golem de chair.
L'épée et le bouclier,
Je suis un chevalier.
Armée de tout vos désirs
Et luttant pour le plaisirs.
Parmi toute ces poupées immobiles,
Sculptures dociles et invisibles,
On me pervertit et m'affadit,
Avilissant mon esprit.
Pour toujours, transformée sous mon armure,
Je détruis ces copies et ces créatures.
Je ne veux pas être un soldats
Perdu dans l'anonymat,
Sacrifié pour l'éternité...
Pour toujours, devenue statue au cœur pur
Je cultive ma volonté pour qu'elle perdure.
Dans l'obscurité,
Dans l'adversité,
On veut toujours briller.
(A quel prix as-tu vendu ma vie)
Sur le trône du succès
Aux tissus empoisonnés,
Apparaît la vérité,
Une liberté dénudée.
Aucune couronne m'étouffe
Aucun roi ne me fait plier.
Un seul mot sur ma bouche,
Je me sens
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 3 8
Literature
Orphelinat
A l'orphelinat aux lits étroits
Dort cette petite fille qui croit
Que la réalité devient vraie
Qu'une fois la nuit tombée.
A l'orphelinat aux murs de papiers,
Elle attend depuis des années,
Les pieds et les mains levées,
Frôlant les nuages enneigés.
Les pissenlits dispersés
Aussi légers que le vent d'été
Gonfle les draps usés,
tourne les pages de son cahier.
Cette fleur d'adolescence
Abandonne alors son enfance,
Hésitant à éclore dans la serre
Aux verres couverts de terre.
Les murs sont tombés,
Les papiers se sont envolés,
Et lors d'une nuit d'ennuie,
La petite fille est partie.
Fissure d'un monde miroir,
Chassant les moutons de poussière
Que les grands nomment mémoire
Et qu'elle espère éphémère.
Elle tente de refaire sa vie
Mais dans ses pires cauchemars
L'orphelinat se reconstruit
Dévorant vite son espoir.
La prison remonte du sol
Et les aiguilles s'affolent,
R
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 5 6
Literature
Navire de papier
La toile tendue, voiles rebondies
Le Vent et la pluie s'abattent sans bruit
L'ile dans la lunette, en rond dru
la lune la reflète, monde perdu.
La mer se roule en boule
Le bateau coule asphyxié
Les flots s'enroule et s'écoule
Ancrée dans l'eau stupéfiée
Boucle d'O tremblant le jour et la nuit
le poids de l'encre me fait chavirer
Plus de barrage et la page se noircie
dans l'ouragan des lettres entrelacées
De l'orage troublant à l'horizon  
reste la carcasse caressant le fond
Éventrée, la proue embrassant la terre
Mon univers est shanty et prières
Un lit de mot, petit ilot de paix
Cette page est mon navire naufragé
Sur les côtes et les arrêtes blanchies
Un sillon effleuré, creusé dans l'oubli.
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 5 15
Literature
Vraie Richesse
De notre demeure aux murs fissurés,
Ils ne voient que les sols délabrés,
les lézardes et les carreaux brisés.
Aveuglés, ils le sont par leur monnaie.
Ils ne voient que ce qu'ils ont aux pieds,
Leur boue dorée et leurs pierres taillées.
Ils ne savent observer nos cœurs entiers,
Ni le candélabre aux pampilles brillant
tournant sous ce soleil de printemps,
Ni nos profils rivalisant aux camées
figés sur leurs bouts de papier pliés.
Les vrais trésors ne s'exposent pas
A qui ignore là où regarder.
Lève ton visage et tu le verras,
Mon lampadaire finement doré.
Sans marbre pour le cacher,
Il trône sur notre pauvreté,
Drapant ce lieu d'un aura précieux,
Nous conférant un charme vertueux.
Vêtus de notre retenue pure
que vous ignorez à notre allure,
Nous nous gaussons de vos manière rustres
Et brillons de mille feux sous notre lustre.
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 4 9
Mature content
reve sous morphine :icondaisy-branighan:daisy-branighan 0 12
Literature
Rond.
Décorés ou velus
caillouteux ou tout nus
Ils poussent en champignon
Centre d'attraction
Tourniquets bétonnés
centre de gravité
Ses constructions en rond
vers toutes directions
Énervent les parents
Mais ravies les enfants
Affolant les nouveaux
qui brident leurs chevaux
Pour finir, ce flot de monnaie
Attriste surtout les imposés...
Qui suis-je ?
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 3 11
Literature
evolution d'une oeuvre
Etude sur la nécessité de tordre ses écrits pour en faire de la poésie dite classique (titre pompeux pour exercice malheureux)
1) Texte originaire (qui n'est pas parfait mais qui sera le matériau de mes expérimentations poétiques):
La vie est une alchimie de tout les instants
Il faut mélanger les éléments sans s'emmêler
Savoir doser au millimètre près sans s'empoisonner
Pour finir par se recréer sans s'anéantir.
De mes contradictions lourdes comme le plomb
Naitront alors l'or de mes actions...
2) Techniquement ce qui suit est un alexandrin:
La vie est une alchimie de tout les instants
(je ne prononce pas le -e de alchimie, règle de Malherbe)
Mélanger tout les éléments sans s'emmêler
Doser au millimètre sans s'empoisonner
Pour se recréer sans autant s'anéantir.
(bon là j'ai compter deux pour créer, car on prononce « cré-er » et pas «&
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 1 10
Literature
Le renouveau astrologique
J'aime un beau et vieux Sagittaire
Ses sabots nerveux tapant la terre
Dans ses bras je me cabre et me cambre
Mon corps ressemble alors à de l'ambre
Rapide comme cent le voilà fière
Egaré en enfers et présomptueux
Gardien des impies et des soucieux
Il me crible de ses flèches de fer
Le capricorne renait alors
Ses cornes plus brillant que de l'or
S'élève un nuage de poussière
Sous sa queue bleue balayant la terre
Les graines du temps changeant s'envole
Et frôle l'univers en ce sol
Ses sens rime donc avec renaissance
Et de sa corne coule l'abondance
Arrive le mystérieux verseau
Pour symboliser le renouveau
Vase communicant, oubliant
Que de sa cruche coule mon sang
Je vibre sous sa cascade de pluie
Et nos corps forment un huit infini
La saison de nouveau s'épanouit
Le renouveau est pour aujourd'hui
:icondaisy-branighan:daisy-branighan
:icondaisy-branighan:daisy-branighan 1 4
Choisissez une déviation pour me découvrir ! :ahoy:

Favourites

The Little Mermaid Book Sculpture by KarineDiot The Little Mermaid Book Sculpture :iconkarinediot:KarineDiot 104 21 In the darkness of a hospital by wildragon In the darkness of a hospital :iconwildragon:wildragon 21 3 Izarrak Bilatzen by Gomeisa-Studio Izarrak Bilatzen :icongomeisa-studio:Gomeisa-Studio 10 2
Literature
Les querelles et les religions
La religion des querelles.
Querelles de religions ou quand Dieu se mord la queue.
Une religion reproduit dans les fosses
De l’iniquité et de l’intolérable
Un christianisme de l’inquisition.
Ceux-là aussi se disaient des saint-hommes,
Œuvrant pour et au nom de Dieu,
Qui torturaient et brûlaient l’innocent.
Quand une religion se bâtit sur
Une perversion des valeurs morales,
Il n’y a plus dans sa foi de lueur
D’une quelconque spiritualité.
Il est heureux que les prophètes morts
Ne voient pas cette abomination
Que leurs révélations ont suscitée.
Dieu se querelle avec lui-même…
Via ses propres révélations!
Ternie, l’image de Dieu n’est plus
Que cette caricature de lui-même
En bête sans queue ni tête
Déferlant en barbarie sur le monde.
Tout chacun interprète la Parole
Et le débile qui crie le plus fort
De sa Kalachnikov a toujours ra
:iconhyneige:hyneige
:iconhyneige:hyneige 6 9
Literature
14/08/2014 - 20:39
14/08/2014 - 20:39
- Allez vous recoucher dans votre chambre, et essayez de ne plus réfléchir.
- Oh ben tu parles il réfléchit tout le temps !
Rires, sourire.
Mon problème serait-il là ? D’être capable de macérer la journée sur un lit, un canapé, à rêvasser ou réfléchir ? Me poser des questions qui n’ont pas lieu d’être pour la norme humaine ? De créer des questions qui questionnent encore davantage ? Ou bien de ne pas savoir où l’on a dessiné les limites ?
Les limites de notre enfance, de notre adolescente, de notre vie adulte. Les limites des joutes verbales possibles, les limites de la violence, les limites du goût, de la perception du monde et des sens, les limites du temps, de l’espace, de l’espace que nous occupons nous-même par l’intermédiaire de notre corps, notre corps lui-même, de ses propres propos, de ses propres actes, de s
:iconfi-l:fi-l
:iconfi-l:fi-l 1 4
Notre Dame De Montreal by LeGrandReveurEnPhoto Notre Dame De Montreal :iconlegrandreveurenphoto:LeGrandReveurEnPhoto 46 16 Maison Clerckx 14 by yanshee Maison Clerckx 14 :iconyanshee:yanshee 13 11 Beelitz 15 by yanshee Beelitz 15 :iconyanshee:yanshee 192 22 Beelitz 58 by yanshee Beelitz 58 :iconyanshee:yanshee 87 5 Centrale IM 22 by yanshee Centrale IM 22 :iconyanshee:yanshee 151 38 Gimp dragon brushes by mad-dragon249 Gimp dragon brushes :iconmad-dragon249:mad-dragon249 248 64 2011's 365 Project : Day 116 by minoucha-cachemire 2011's 365 Project : Day 116 :iconminoucha-cachemire:minoucha-cachemire 6 2 Hopital SM session 2 04 by yanshee Hopital SM session 2 04 :iconyanshee:yanshee 11 9 dekonstruct 71 by urbex-fantasy dekonstruct 71 :iconurbex-fantasy:urbex-fantasy 16 16 VintageNude-Reclined01 by Bnspyrd
Mature content
VintageNude-Reclined01 :iconbnspyrd:Bnspyrd 87 0
ZeigfeldGirl-Hoop2 by Bnspyrd
Mature content
ZeigfeldGirl-Hoop2 :iconbnspyrd:Bnspyrd 75 6

Groups

Watchers

Friends

Activity


deviantID

daisy-branighan's Profile Picture
daisy-branighan
Avida Godiva !
Artist | Hobbyist | Literature
France
LES EGARES DU DOUBLON


Dans le Doublon, monde où l'aurore et le crépuscule avaient remplacé le jour et la nuit, tout était semblable à la Terre sans vraiment l'être. Aucun astre ne perçait les nuages, seulement déchirés de rubans orange et violet. Voilà l'endroit où les égarés avaient échoués. Elfes, antipodes, crocoeurs, nephilims, magiciens, ainsi que quelques humains, s'y étaient réunis pour vivre enfin en paix.


Mes vacances sont plutôt prolifiques. Voilà en résumé ce que je fais:
J'ai écris l'introduction "nouvelle version" de "Les égarés du Doublon" qu'il me reste à recopier sur PC.
Je joue de la guitare (acheté ce matin et je connais déjà "au clair de la lune"! En même temps, le particulier dit que j'ai des doigts pour jouer... Je crois qu'il voulait vraiment la vendre !)
Je couds un chemisier (je hais les manches...)
Je me remets à l'esperanto (leçon 18 "les mots composés"... On va bien se marrer !)

Bref, je ne m'ennuies pas. Pourtant, j'ai toujours cette impression de ne pas avancer. Je crois que j'ai un grave problème d'ego. Je me trouve parfois si naze... (du coup j'allais oublier le principal : je lis l'avenir dans les cartes de tarot ! -cette affirmation est approuvé par mon frère, ma mère, mon père et mon meilleur ami-)

Et je trouve l'audace de commencer une nouvelle histoire...

Enfin, nouvelle histoire est un bien grand mot, c'est plutôt la suite de "les égarés du Doublon". On va l'intituler "Les cinq chevaliers" et on va lui attribuer le numéro 5). Il faut que je recopie la partie 4 "rêves chimériques" au propre et surtout, il faut que je corrige la partie 3 "Les ailes brisées"...

En clair, "les égarés du Doublon" compte 4 parties:
partie 1: "Le souvenir du sacrifié" (60 pages word)
partie 2: "Sang de pierre" (25 pages word)
partie 3: "Les ailes brisées" (25 pages word)
partie 4: "Rêves chimériques" (?)
partie 5: "Les cinq chevaliers" (?)

Pour l'instant, c'est tout. En relisant mon journal, j'ai l'impression que c'est déjà pas mal, non ?


PS: je vais bientôt changer de bannière d'auteur !


Et vous, comment voyez-vous la rentrée ?
  • Listening to: "science-fiction" de Christine and the queens
  • Reading: Belphégor
  • Watching: Thierry la Fronde
  • Playing: au clair de la lune à la guitare
  • Eating: sandwich au nutella
  • Drinking: nectar de banane

Comments


Add a Comment:
 
:iconheadmoon:
Headmoon Featured By Owner Oct 14, 2014  Hobbyist Writer
Hellop ! Comment va ? ;)

Hâte de lire la suite de Doublon ! ;)
Reply
:icontheauthormissn:
TheAuthorMissN Featured By Owner Aug 26, 2014  Hobbyist Writer
Merci pour le watch!
Reply
:icondaisy-branighan:
daisy-branighan Featured By Owner Aug 26, 2014  Hobbyist Writer
De rien ! Je me suis rendue compte que j'ai commenté plusieurs de tes textes, ceci démontre que j'aime bien ton style. Du coup, pour louper aucune sortie, je t'ai gentiment watché. :ahoy:
Reply
:iconheadmoon:
Headmoon Featured By Owner Aug 18, 2014  Hobbyist Writer
Je viens de lire l'extrait de Doublon : il semble prometteur !
Pour la petite anecdote, voici la musique que j'écoutais au même moment : www.youtube.com/watch?v=1l0TxL… et, je sais pas pourquoi, mais je trouve qu'elle collait plutôt bien à l'ambiance de la scène ! ^^
Reply
:icondaisy-branighan:
daisy-branighan Featured By Owner Aug 19, 2014  Hobbyist Writer
C'est un choix de musique tout à fait sympathique. Personnellement, l'univers est né en écoutant une musique en particulier. Il s'agit de Wild West Coma d'Opium (www.deezer.com/album/77618) voil le lien pour l'album. 

J'espère que la suite tiendra ses promesses ! 
Reply
Add a Comment: